Communiqué de presse: les initiatives solidaires des centres sociaux pour garder le lien avec les habitant.e.s

Le réseau des centres sociaux, et avec lui ses salarié.e.s, ses bénévoles et les habitant.e.s, se mobilise partout en France suite à l’épidémie du Covid-19 et aux mesures de confinement qui nous touchent. Dans les quartiers comme dans les campagnes, les centres sociaux s’organisent pour maintenir un lien social avec les habitant.e.s, être disponibles pour les plus vulnérables, garantir un accès aux services, animer des activités éducatives et de loisirs en ligne. Vigilants à la fracture numérique, à l’illettrisme, aux spécificités et aux besoins de toutes et tous, les centres sociaux réinventent leurs façons d’être en lien avec les gens et d’animer le territoire !

Les 1300 centres sociaux contribuent chaque jour, partout en France, à faire vivre le lien social avec les habitant.e.s. L’épidémie du Covid-19 et les mesures de confinement qui touchent l’ensemble du pays ne sont pas sans impact pour la société, les habitant.e.s, et pour nos structures. Contraints de fermer leurs portes, les centres sociaux ne peuvent plus garder d’enfants, ouvrir leurs espaces jeunes ou accueillir les seniors et les familles qui avaient leurs habitudes dans le centre. Pour continuer à garder un lien de proximité, salarié.e.s et bénévoles des centres sociaux s’organisent donc avec les gens pour poursuivre autrement leurs actions et ré-inventer leurs façons d’être en lien les un.e.s avec les autres. Permanence téléphonique, appels quotidiens aux seniors ou aux personnes isolées, groupes whatsapp et réseaux sociaux pour échanger avec les plus jeunes, les centres sociaux restent en contact avec tous les habitant.e.s pendant cette période délicate. Comme objectifs premiers, prendre des nouvelles, identifier les difficultés rencontrées par chacun.e, et faire de la veille sociale sur le territoire.

A travers leur approche globale d’écoute, d’accueil, d’animation, d’accompagnement… les centres sociaux ont l’habitude de travailler sur l’ensemble des problématiques qui touchent les habitant.e.s au quotidien. En période de confinement, cela ne change pas. Les animateurs et animatrices jeunesse et famille se mobilisent pour proposer des activités sociales, éducatives et de loisirs à faire chez soi. Les coordinateurs et coordinatrices d’ateliers socio-linguistiques animent des cours de français en ligne. La solidarité est aussi à l’œuvre. Des outils d’entraide se créent pour mettre en relation des habitant.e.s dans le besoin et celles et ceux prêt.e.s à aider ; la garde d’enfants des personnels prioritaires se poursuit à domicile ; les centres s’organisent pour continuer à assurer le portage de repas aux personnes isolées, prendre le relais d’associations submergées pour faire des maraudes…

Une attention accrue pour les personnes les plus fragilisées. La fracture numérique impacte différemment les familles, les personnes situées en zone blanche, celles qui ne sont pas équipées : les centres sociaux proposent des services de médiation numérique pour les personnes en difficulté, aident à l’utilisation des outils de scolarité en ligne, prêtent ordinateurs ou tablettes et distribuent des attestations dérogatoires pour les personnes non équipées d’imprimantes… Pour les plus isolé.e.s, les centres sociaux proposent de garder le lien à travers des actions « un jour, un dessin/un mot » ; des dispositifs comme les promeneurs du net, qui assurent une présence en ligne là où sont les jeunes ; ou encore de la médiation familiale pour accompagner les parents à gérer des situations parfois compliquées quand on est confiné.

fdcs91